Merrellcousinstore
cousinchausseur
GaborCousinStorechaussure
JBMARTINCousinStorechausseur
PACOMILANCOUSINSTORECHAUSSEUR
babybottecousinstore

Qui sommes-nous ?

Notre sélection de marques respecte votre bien-être et participe à la bonne santé de vos pieds.

En ville, au quotidien pour marcher, travailler, se balader, sans avoir mal aux pieds, le choix de bonnes chaussures est essentiel.

Nous sommes chausseur. L'expertise transmise de génération en génération, nous positionne comme Le Professionnel de la Chaussure.

Pas n'importe laquelle, celle qui est bien pensée, faite avec toutes les attentions manuelles et délicates pour habiller vos pieds.

Vous avez toutes et tous une paire de chaussures SAMY, COUSIN Chausseur, COUSIN La chaussure, COUSIN Store dans votre dressing.

Être bien chaussé

C’est avant tout être bien dans ses « baskets » comme dit si bien le proverbe ! C’est Être chaussé le plus proche de la morphologie du pied pour un grand confort, mais surtout ne jamais connaître la douleur… Pour cela nous privilégions les matières en fibres naturelles : cuir, corde, liège, caoutchouc, tout en gardant confort qualité design et tendance.

Nos chaussures laissent respirer votre pied par un savant équilibre d'innovation et de tradition, à toutes les étapes du processus de création et de fabrication. Nous restons attentifs à « Chausser » les nouvelles générations (VEGAN) dans le respect de nos exigences.

Les critères de lignes, de formes et de design changent selon la morphologie de vos pieds, votre activité et votre âge. Nous sommes chausseur et nous vous proposons "chaussure à votre pied" : le juste modèle qui correspond à vos attentes... En un coup d’œil, il est important de comprendre votre coup de pied, plus fort ou plus léger, votre empeigne haute ou basse, sa largeur, son étroitesse, une cambrure, la bonne hauteur des talons…

shoes

"Dans nos vies de tous les jours, sur notre lieu travail ou pendant la pratique d'une activité sportive, il est important d'avoir des chaussures dotées d’un bon amorti, avec des semelles qui absorbent les ondes de choc. Nos articulations sont ainsi protégées. L’impact au sol de notre corps se propage dans l’ensemble de l’appareil musculo-squelettique. En choisissant un modèle de chaussures chez Cousin-Store, vous éviterez les problèmes au niveau des articulations, des jambes et du dos. Toute l'importance d'être bien chaussé"

Notre histoire

kenzo

 

Un terroir et des Hommes

En 1938, Daniel Cousin a 10 ans. La famille composée de 5 enfants est originaire de Bar-sur-Aube. Marcel Cousin, son père, vient de ce monde agricole où il est question de travailler aux rythmes des saisons, en respectant les exigences de la nature, d’aimer celles et ceux qui la façonnent, la cultivent… Ce milieu rural donne aux enfants le sens de la rigueur, de la méthodologie et du travail bien fait.

La pantoufle

Marcel Cousin, directeur d’une usine de chaussure à Ligny en Barois dans la Meuse, décide un beau jour, de monter sa «petite fabrique de pantoufles». La famille Cousin s’installe dans le village, de 200 habitants, de Lafauche, en Haute-Marne où le patriarche transmet à ses enfants son amour du métier. A cette époque, 25 ouvriers s’attachent méticuleusement à la fabrication des pantoufles sur place alors que d’autres ateliers sont délocalisés dans tous les villages des alentours.

Direction Nancy

Les sœurs de Daniel retournent les pantoufles et les rangent dans les fameux grands paniers en osier. Tous et toutes travaillent en cousu à l’envers. Quant à Marcel Cousin, il enfourche quotidiennement sa bicyclette pour faire ses tournées et vendre ses pantoufles. Le cycle de fabrication est bien rodé. La pantoufle fait vibrer toute une région. Après la guerre, en 1945, Marcel Cousin est élu maire de son village, y a installe l’eau courante pour faciliter la vie des habitants. Après un premier mandat, les parents décident de s’installer à Nancy dans une ancienne usine, et rachète une propriété à Vandœuvre-lès-Nancy.

Les Arts et Métiers

Daniel Cousin, à cette époque, obtient son CAP de tourneur, passe ses vacances d’été à travailler chez une dame qui possèdent des tours automatiques. Il réalise qu’il a envie d’autres choses dans la vie. A 17 ans,  le jeune homme est un «fan du ballon rond», se défoule sur les terrains de football. Direction Dijon pour l’École des Arts et Métiers… Il obtient son diplôme et intègre par la suite L’École Française du Béton Armé pour devenir ingénieur.

J’avais en tête de reprendre l’entreprise familiale. J’avais un caractère bien trempé… J’étais ingénieur à Belleville une filiale de Pont-à-Mousson. J’étais directeur d’une usine qui fabriquait des bidons en aluminium. Tout se passait très bien et un jour lors d’un entretien avec le directeur des ressources humaines, celui-ci me dit : Vous, Cousin, vous n’êtes pas fait pour être commandé. Cette phrase a été le déclic et J’ai décidé qu’il était temps de voler un jour de mes propres ailes - Daniel Cousin

 

Vision & Philosophie

docmartens

 

C’est en feuilletant l’Est Républicain que le couple repère une annonce : un magasin est à vendre au 30 Rue Serpenoise dans la ville voisine de Metz. C’est idéal car Daniel et Simone ne seront pas loin de leurs parents.

J’avais eu la chance de faire un stage aux Etats-Unis où j’avais découvert un concept de magasin de chaussures en libre-service. Nous avons monté, avec mon épouse l’un des tout premier magasin français en libre service - Daniel Cousin

Avant, la vente se faisait au chausse-pied.

En 1958, avec l’enseigne Trois étoiles, les clients sont invités à se servir eux-mêmes avant de régler leur achat en caisse. C’est la formule du libre-accès, libre-toucher. En éloignant les vendeuses classiques, le concept de magasin en «libre service» rapproche le client du produit, lui confère une plus grande liberté, qui va finalement l'inciter à l'achat. Dans cette Lorraine en plein essor sidérurgique, l'emplacement du magasin, sa notoriété, son attractivité, et sa facilité d'accès sont les clefs de son succès. Daniel et Simone pour leur premier magasin misent sur une simplicité absolue : cinq mètres de façades avec deux claires voies pour délimiter l’espace, des présentoirs réalisés par un artisan local pour présenter un seul pied. C’est net, propre, lumineux. Au lendemain de l’ouverture officielle, les pantoufles se vendent comme des petits pains : 2000 à 3000 paires de pantoufles par semaines, de très bonnes qualités fabriquées en Alsace et en Lorraine

L’année cinquante-huit, Daniel Cousin est officier-mécanicien de réserve dans l’Aviation sur la base de Marly-Frescaty. Il rentre tous les soirs pour retrouver sa famille tant aimée et jeter un œil bienveillant sur son premier magasin.  La rue Serpenoise est la Rue commerçante de Metz, son artère vivante…

Avec l’expérience du vulcanisé, nous vendions des boots montantes aux troupes. Vers 17H00, les soldats venaient acheter des rangers fabriquées dans les Vosges – Daniel Cousin

De Forbach,  de Yutz, de Bertrange, de Creutzwald, l’on vient «sur son 31» boire un coup et faire ses courses à Metz pour la sortie du Week-End. Un deuxième magasin s’ouvre à Pont-à-Mousson. Vers 1965, l’arrivée des grandes surfaces donne de nouvelles idées et des nouvelles perspectives  à Daniel et Simone Cousin.

Expertise chausseur

bird

 

Eric et Philippe, la relève

Daniel et Simone Cousin ont deux garçons : Philippe et Eric. Les enfants participent dès leur plus jeune âge, pendant leur temps libre, à la vie de l’entreprise. Ils connaissent sur le bout des doigts les codes des étiquettes, les références des chaussures dans leur boite. L’échappatoire rimera avec activités sportives. Pour Eric, ce sera le football puis le hand ou il excelle de compétitions en championnats. Pour Philippe, il passera du terrain de hand-ball à son objectif photographique pour saisir au vol, la magie de l’instant en un clic. Interne à l'institution Lasalle puis en classe préparatoire au Lycée Fabert, Philippe fera ses armes chez Publicis pour intégrer par la suite l’ICN.

Ce serait réducteur de résumer juste SAMY - COUSIN à une entreprise familiale. Quand je pense à nos succès, dans tous nos projets, avec mon épouse, je crois sincèrement que la clef est notre Amour. Et aussi les valeurs que nous avons transmises à nos deux garçons : le respect, l’humanité, la bienveillance, l’union qui fait la force, le travail, la persévérance, la créativité et la rigueur - Daniel Cousin.

La nouvelle génération

Au début des années quatre-vingt, il est question de reprendre l'activité familiale… Chez Church's en Angleterre, un an de stage ouvre le champs des possibles et donne une vision plus large et plus globale. Philippe et Eric commandent une étude de marché et entrent dans l’ère des enseignes qui deviennent des marques avec SAMY Les chaussures puis COUSIN Chausseur, COUSIN La Chaussure et COUSIN Store. Les magasins s’installent à Thionville, Verdun, Essey-lès-Nancy, Rouen, Caen, Chartres… La stratégie est d’évoluer sur le territoire plus national. Aujourd'hui, la famille Cousin gère 14 magasins à la fois en centre-ville et en périphérie.

A l'heure du digital

Nous avons tissé ensemble, au fil du temps un lien affectif. Personne n'a oublié ses premières paires de chaussures achetées chez nous. Notre mission est de vous aider à identifier la chaussure, le modèle qui correspond le mieux à la forme de votre pied. Nous visualisons les chaussures les mieux adaptées à la morphologie de nos clients, à leurs activités, leurs envies.

Si la qualité et le confort riment avec style, les saisons sont rythmées par une connaissance du milieu de la mode et de ses dernières tendances. Nous sommes à l'écoute de nos client(e)s, toujours avec le sourire, avec cette envie de bien vous recevoir, et de vous offrir le juste conseil.

COUSIN, chausseur de génération en génération.

indienne
herbes
girl